Les meilleurs conseils et astuces pour déguster un rhum à travers un coffret dégustation

Parmi les nombreux spiritueux qui existent, figure le rhum. Le rhum est en quelque sorte une eau-de-vie provenant des Caraïbes. Il est fabriqué par distillation de sous-produits fermentés de l’industrie sucrière ou mélasse. Il existe une multitude d’astuces et de conseils pour pouvoir le déguster. Découvrez alors dans cet article, les meilleurs conseils et astuces pour déguster un rhum à travers un coffret dégustation.

Se préparer à la dégustation

Il existe plusieurs formules pour préparer à la dégustation du rhum. En voici quelques-unes :

A découvrir également : Recouvrement de gâteau : idées et techniques pour un décor parfait

La dégustation découverte

Vous devez préparer une série de rhums aux origines et aux caractères bien différents. Vous pouvez par exemple proposer une série de 6 rhums.

La dégustation horizontale et verticale

La première est un comparatif de rhum de la même tradition et du même âge. Par contre, la seconde dégustation consiste à déguster les produits d’une même distillerie en commençant par le blanc, jusqu’au plus vieux.

Lire également : Le plaisir gustatif des gavottes

Il est aussi possible de faire des sélections par pays d’origine, par tradition et par style.

Toutefois, l’ordre de dégustation se fait par intensité. Très souvent, les rhums les plus légers sont dégustés en premier, et les plus riches à la fin.

Dégustation du rhum

Il existe plusieurs manières de déguster du rhum, parmi elles figure l’usage de certains organes phares. Découvrez leurs fonctionnements ci-dessous.

La vue

Avant toute chose, il est important d’observer la couleur. La couleur n’indique pas forcément grand-chose sur l’âge du rhum, car les fûts utilisés peuvent donner des résultats très différents. Toutefois, cette même couleur peut avoir des nuances et des reflets fascinants.

Il peut arriver qu’on remarque une pellicule un peu huileuse et verdâtre sur la surface. Cela est souvent dû à l’oxydation des très vieux rhums. Cette remarque indique la qualité du vin.

Le nez

Ici, commencez à sentir le verre en le plaçant au niveau du sternum. En ce qui concerne les rhums les plus aromatiques, ils arrivent déjà à s’exprimer d’aussi loin. Alors, vous devez progressivement le remonter jusqu’au nez, sans le plonger dedans, au risque de vous brûler les narines.

Inclinez le verre à l’horizontale et promenez votre nez tout autour du verre. Les sensations les plus légères et volatiles seront ressenties. Par contre, les notes les plus lourdes peuvent se sentir plutôt dans le bas, voire en dessous.

Pendant ce test, vous remarquerez qu’une narine absorbe plus ou moins d’air que l’autre. Il faut noter qu’il ne s’agira toujours pas de la même et cela change au cours d’une seule journée. Pour avoir une meilleure expérience, vous devez donc alterner entre les narines en passant le verre à l’horizontale devant votre nez.

Avec cela, vous verrez que vous ne percevez pas les arômes de la même manière d’un côté et de l’autre. Et là vous pourriez capter l’ensemble de la palette aromatique de votre rhum.

Ensuite, après avoir observé et senti une fois le rhum, vous pouvez tourner doucement votre verre, toujours à l’horizontale pour tapisser les parois. Enfin, vous percevrez de fines pellicules qui révèleront la matière ou le corps du rhum en quelque sorte.

La bouche

C’est le moment de goûter le rhum. Mais sachez que 80% de la dégustation se fait au nez. C’est à ce niveau que les arômes et les nuances du rhum se feront sentir. Les arômes proviennent, eux aussi, en grande partie du nez et de ce que l’on appelle la rétro-olfaction. Quant aux papilles, ils jouent le rôle de capteur de sensations et de textures.

Autres astuces

Lorsque vous êtes en face des rhums très vieux ou très forts, il est recommandé de faire un épaulage de quelques semaines. L’épaulage consiste à descendre le niveau du rhum jusqu’à l’épaule de la bouteille pour lui laisser un peu d’air. Passé ce délai, le rhum qui vous parait un peu rude à l’ouverture sera certainement bien plus intéressant.

Pour de multiples dégustations, les sens s’émoussent, le nez et le palais saturent. Vous devez donc boire un verre d’eau entre chaque verre d’alcool. Cela permet de diluer l’éthanol dans votre corps et de vous hydrater. De plus, vous serez épargné des maux de tête ou même la nausée si vous abusez.

Pour retrouver l’odorat entre deux rhums, aspirez une poignée de grains de café. En ce qui concerne les papilles, croquez un morceau de biscotte.

Choisir le bon verre pour la dégustation

Le choix du verre de dégustation peut sembler anodin, mais il ne l’est pas. Le nez sera ainsi comblé par des arômes boisés grâce au vieillissement sous bois.

Si vous êtes amateur de cocktails à base de rhum, tels que le célèbre mojito cubain ou encore le ti-punch antillais, sachez qu’il existe aussi un type de verre approprié pour leur dégustation : le fameux ‘tumbler’. Ce dernier a été créé spécialement pour ce genre de préparations et offre une expérience gustative optimale.

Il faut des verres propres et bien séchés afin d’éviter toute altération du goût par des résidus provenant de lavages précédents. N’hésitez pas à chauffer légèrement votre verre entre vos mains avant la dégustation afin que les arômes se libèrent davantage.

En suivant ces conseils, vous serez en mesure de déguster votre rhum avec tous vos sens et d’apprécier chaque note pour une expérience de dégustation incomparable.

Accompagner son rhum avec des mets adaptés

Une dégustation de rhum ne serait pas complète sans un accompagnement culinaire. En effet, il est possible d’accorder les saveurs du rhum avec celles des plats pour une expérience gustative inoubliable.

Pour commencer, le rhum blanc peut être associé à des plats aux saveurs exotiques tels que la cuisine asiatique ou encore les fruits de mer. Les notes fruitées et sucrées du rhum blanc se marient parfaitement avec ces types de plats.

Le rhum ambré, quant à lui, s’accorde très bien avec les viandes grillées ou rôties telles que l’agneau, le porc ou encore le bœuf. Les arômes boisés et épicés du rhum ambré viennent sublimer la saveur de la viande cuite lentement.

Pour accompagner un rhum vieux, il est préférable d’opter pour des desserts tels que les tartines au chocolat noir ou encore les pâtisseries croustillantes à la cannelle. Ces mets sucrés offrent un contraste intéressant avec l’amertume caractéristique du rhum vieux.

Pensez à bien rappeler qu’il n’y a pas de règles strictes en matière d’accord entre alcool et nourriture : laissez libre cours à votre imagination ! Certains accords peuvent paraître surprenants mais peuvent révéler une association originale et réussie lorsque vous êtes accompagnés par vos amis, amateurs voire experts en matière gastronomique, autour d’un bon verre… de rhum !

Partager

Cuisine