Quand s’inquiéter de la perte de poids ?
  • Introduction
  • Causes
    • Causes psychosociales
    • Causes médicales
  • Symptômes et complications
  • Diagnostic
    • Examens utiles
  • Soins et remèdes
  • Sources et bibliographie

Introduction

Les petites fluctuations du poids corporel sont l’un des changements normaux qui se produisent tout au long de la vie et sont causés par un déséquilibre de l’équilibre énergétique : notre poids, en fait, varie en fonction de la différence entre l’énergie que nous introduisons avec la nourriture et combien nous dispersons par l’activité physique et le travail qui notre organisme effectue constamment pour garder actif toutes les fonctions biologiques.

Si les calories que nous introduisons avec la nutrition dépassent celles consommées, le poids aura tendance à augmenter, vice versa il diminuera.

A lire en complément : Qu'est-ce que 100 ml ?

Une petite perte de poids ne devrait donc pas s’inquiéter excessivement et, pour que cela se traduisent À noter, il devrait répondre à certaines caractéristiques spécifiques : nous parlons de perte de poids involontaire chaque fois que vous êtes confronté à une perte

  • excédant 4,5 kg ou 5 % du poids corporel initial,
  • dans une période de 6-12 mois
  • et en l’absence d’un régime alimentaire contrôlé.

Il est important d’identifier en temps opportun ces situations, qui pourraient être la conséquence d’une maladie grave ou chronique (et il a été observé que, en particulier chez les personnes âgées, il est associé à des conditions de santé générales plus graves). Ce trouble semble affecter principalement la population gériatrique et en particulier les personnes âgées fragiles, c’est-à-dire qu’elles sont compromises à plusieurs niveaux fonctionnels, dans lesquels il se produit avec une fréquence de 27%.

A voir aussi : Comment manger des dates ?

Généralement, le poids corporel atteint un maximum d’environ la sixième décennie de vie, reste stable jusqu’à 80 ans, puis diminue progressivement. Cette perte de poids est due à Facteurs multiples :

  • tout d’abord, il y a une diminution de la masse corporelle maigre et moins d’activité physique est effectuée, ce qui conduit à une diminution de l’apport calorique quotidien et donc une diminution de l’apport alimentaire.
  • Le sentiment de faim tend à diminuer aussi en raison de la diminution du goût et de la perception olfactive qui rendent la nourriture moins tentante.
  • Parmi

  • les autres problèmes qui peuvent limiter la consommation alimentaire, mentionnons
    • capacité de mastication réduite,
    • troubles digestifs tels que la vidange gastrique ralentie.

Bien qu’une certaine diminution du poids corporel puisse donc être normale chez les personnes âgées, ce signe ne doit pas être sous-estimé parce que, précisément cette catégorie de personnes, est la plus à risque de cacher une cause pathologique à l’origine de la maladie.

Istock.com/shotShare

Causes

Causes Les causes de la perte de poids involontaire sont diverses et peuvent être d’origine psychosociale ou organique. Souvent, l’identification de la cause est facile, alors que dans certains cas, il est nécessaire d’aller étudier plus profondément pour comprendre où réside l’origine de ce trouble. Chez certains patients, il est tout simplement impossible d’identifier la cause et donc de parler de perte de poids idiopathique.

En général, deux grandes catégories d’altérations peuvent être reconnues qui peuvent conduire à une perte de poids involontaire : les troubles de nature psychosociale et les pathologies purement médicales.

Causes psychosociales

  • Dépression : la dépression affecte la sphère de la nutrition à la fois en plus et en moins. Il peut en effet conduire d’une part à une augmentation de l’apport alimentaire mais aussi, au contraire, à une diminution de l’apport alimentaire. Cet événement se produit généralement en association avec l’anhédonie, un état pathologique dans que la personne déprimée n’est pas en mesure de trouver des activités agréables et des situations qui le sont normalement, comme le repas. Une diminution de l’apport alimentaire prolongée au fil du temps peut donc conduire à une perte de poids.
  • Démence : Le terme démence désigne toute cause de détérioration organique de la fonction cérébrale qui provoque de multiples défauts des fonctions cognitives. Des exemples de démence peuvent être la maladie d’Alzheimer, la démence vasculaire ou la démence fronto-temporale. Ceux qui souffrent de démence sont susceptibles de perdre du poids parce qu’il a tendance à ne pas se nourrir plus que son propre libre arbitre et a donc besoin d’un contrôle externe également en ce qui concerne la nutrition.
  • Manque d’autonomie : en clinique, en particulier gériatrique, des questionnaires simples sont souvent utilisés pour évaluer le niveau d’autonomie d’une personne dans l’exercice des différentes activités de la vie quotidienne. Ce sont des outils utiles qui permettent d’avoir une évaluation objective du niveau d’autonomie du patient ; les plus utilisés sont l’ADL (Activités de la vie quotidienne) qui prend en compte les activités simples de la vie quotidienne, telles que l’habillage, le repas, la montée des escaliers, la prise en charge de l’hygiène personnelle, et l’IADL (Activités Instrumentales de la vie quotidienne) où les activités instrumentales telles que répondre au téléphone sont évaluées, la gestion de l’argent, le cyclisme et le shopping vous-même. Comme il est facile de deviner d’obtenir votre propre nourriture, la cuisine et l’alimentation font partie des activités qui sont considérées lors de la tentative de définir l’autonomie d’une personne. Il est donc normal d’observer la perte de poids chez les personnes à faible autonomie qui ne sont pas correctement suivies et soutenues.

Causes médicales

  • Maladies néoplasiques malignes : parmi les causes médicales de la perte de poids le cancer involontaire représente le plus fréquent ;
  • Troubles gastro-entériques : les plus fréquemment responsables de la perte de poids comprennent :
    • ulcère gastro-duodénal,
    • maladies intestinales inflammatoires chroniques (telles que la maladie de Crohn et la rectocolite ulcéreuse),
    • syndromes dus à une altération de la motilité,
    • pancréatite chronique,
    • maladie coeliaque,
    • constipation ;
  • Changements dentaires ou dysphagie : troubles de la mastication ou difficulté à avaler (dysphagie) peuvent limiter la nutrition et entraîner une perte de poids conséquente ;
  • Maladies infectieuses : certaines maladies infectieuses dont le rôle dans la détermination de la perte de poids est bien documenté sont :
    • tuberculose,
    • maladies mycètes (champignons),
    • parasitose,
    • endocardite bactérienne,
    • VIH ;
  • Troubles métaboliques : comprennent des pathologies telles que le diabète et l’hyperthyroïdie ;
  • Urémie (stade terminal de l’insuffisance rénale) : provoque souvent l’anorexie, des nausées et des vomissements ;
  • Maladies pulmonaires et respiratoires : peuvent provoquer une perte de poids à la fois pour des besoins énergétiques accrus et une diminution de l’appétit ;
  • Troubles neurologiques tels que l’AVC, la tétraplégie et la sclérose en plaques : ces troubles peuvent provoquer une réduction de l’apport calorique en raison d’altérations du système nerveux autonome et en raison de la dysphagie (difficulté à avaler) qui survient souvent à la suite d’une pathologie ;
  • Alcoolisme : peut être une cause importante de malnutrition, surtout parce que l’approvisionnement en protéines, minéraux et vitamines fait défaut ;
  • Actions pharmacologiques : certains médicaments peuvent causer
    • anorexie,
    • nausées,
    • vomissements,
    • troubles gastro-intestinaux,
    • diarrhée
    • changements et changements de goût ;
  • Diminution du goût et de la sensibilité olfactive : dans certaines limites, il se produit d’une certaine manière Physiologique avec l’âge et peut contribuer à la perte de poids à la suite de moins d’apport alimentaire.

Symptômes et complications

La perte de poids sévère peut avoir des répercussions graves sur l’état de santé du sujet, se manifestant sous la forme de conséquences supportées par toute fonction de l’organisme, y compris :

  • réduction de la réponse immunitaire,
  • retard dans la guérison des plaies,
  • perte de tonus musculaire (dans les cas graves, même contre les muscles respiratoires),
  • altérations de l’équilibre hydrosalin dues à un dysfonctionnement rénal,
  • changements dans la thermorégulation du corps,
  • changements ou disparition du cycle menstruel chez la femme.

En cas de malnutrition, il est enfin possible de rencontrer des carences alimentaires (vitamines et autres types), ce qui peut entraîner l’apparition de pathologies spécifiques.

Quand de s’inquiéter ?

Pour répondre à cette question, un article intéressant publié dans BMJ et dédié aux médecins de famille a essayé de faire le bilan de la situation, en mettant l’accent sur l’hypothèse tumorale.

Les principales conclusions auxquelles sont parvenues les auteurs sont les suivantes :

  • Une perte de poids soudaine et autrement inexpliquée peut être associée au développement d’une tumeur, mais aussi à un certain nombre d’autres conditions et causes (voir section consacrée au diagnostic).
  • À ce jour, il n’y a pas de statistiques claires et certaines suggérant la présence d’une tumeur sur la base de l’ampleur de la diminution du poids sur une certaine période de temps, puis la précédente est confirmée indication indicative d’environ 5% par rapport au poids corporel initial, sur 6 mois.
  • Lorsque la perte survient chez les patients de plus de 60 ans, le symptôme doit être étudié et approfondi avec une certaine urgence, mais il n’y a pas de modus Opérandes idéales.

Une attention particulière devrait être accordée dans le cas des sujets en surpoids, car l’obésité en soi représente un facteur de risque pour le développement de la tumeur.

Tendentiellement, en cas de cancer, la perte de poids est plus souvent associée à des néoplasmes solides qu’à des hématologiques (c’est-à-dire affectant le sang et ses cellules).

Diagnostic

Dans le but d’un diagnostic correct, il est important d’abord de s’assurer que la perte de poids est involontaire  : c’est-à-dire que le sujet ne doit pas suivre tout type de régime restrictif et ne doit pas avoir changé leurs habitudes alimentaires par rapport au passé (par exemple, vous ne devez pas avoir récemment exclu un catégorie d’aliments de votre alimentation). Dans de tels cas, en fait, la restriction alimentaire peut être suffisante pour expliquer la perte de poids.

Il est alors utile d’étudier la sphère de l’appétit : si malgré la perte de poids le sujet a faim et se nourrit normalement peut être hyperthyroïdie ou diabète. Au contraire, une perte d’appétit d’origine psychologique (dépression, démence), peut être causée par un néoplasme sous-jacent ou d’autres pathologies gastro-intestinales, endocrinologiques ou autres.

Parmi les maladies et les conditions qui devraient s’intégrer dans le diagnostic différentiel, nous rappelons :

  • Cardio-vasculaire : insuffisance cardiaque terminale (cachexie cardiaque),
  • Endocrine : insuffisance surrénalienne, diabète, hyperthyroïdie,
  • gastro-intestinal : diarrhée, colite, malabsorption, ischémie mésentérique,
  • Infectieux : infection chronique (comme le VIH, la tuberculose),
  • Neurologiques : démence, sclérose en plaques, maladies neuromusculaires, maladie de Parkinson, accident vasculaire cérébral,
  • Psychiatrique : anorexie nerveuse, anxiété, boulimie, dépression,
  • Rénal : Insuffisance rénale terminale (cachexie urémique),
  • Respiratoire : maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), maladie pulmonaire interstitielle, vascularite,
  • Rhumatologique : polyarthrite rhumatoïde,
  • Pharmacologique : antidépresseurs, antiépileptiques, anxiolytiques, diurétiques, laxatifs, stimulants,
  • Social : consommation excessive d’alcool, négligence personnelle, consommation d’opiacés, mauvaise santé buccodentaire, pauvreté, tabagisme.

Examens utiles

Certains examens peuvent être utiles pour évaluer l’état nutritionnel du patient et orienter l’enquête diagnostique vers la cause réelle de la perte de poids.

Après l’exécution des antécédents médicaux et l’examen objectif, le médecin peut exiger les examens suivants :

  • numération sanguine,
  • albuminémie,
  • transferrinémie,
  • cholestérol sanguin,
  • dosage des enzymes hépatiques,
  • Protéine C-réactive (PCR)
  • taux de sédimentation des érythrocytes (VS),
  • créatinine et électrolytes (calcium, chlorure, magnésium, potassium, sodium,…)
  • , FT3, FT4 et TSH,
  • Poitrine RX,
  • échographie abdominale.

D’ autres examens peuvent également être demandés en fonction des facteurs de risque spécifiques et des pathologies présentes.

Soins et remèdes

L’ approche thérapeutique la plus appropriée peut être mise en œuvre une fois la cause qui a causé la perte de poids est découverte ; dans le cas où les médicaments responsables de la nausée et des vomissements sont pris doivent être suspendus ou remplacés.

Pour favoriser l’augmentation de l’apport énergétique, il est possible d’adopter des régimes alimentaires planifiés afin d’éviter ou au moins réduire la perte de poids et éventuellement d’administrer des suppléments nutritionnels, de préférence à prendre entre les repas pour éviter de provoquer une satiété excessive.

Sources principales

  • Longo, Maw, Kasper, Hauser, Jameson, Loscalzo. Harrison, Principes de Médecine Interne, IX édition, Maison d’édition Ambrosiana,2016.
Partager

Minceur